Merci de l'intérêt que vous portez à l'égard de ce site et n'hésitez pas à laisser un message sur le livre d'or.
Auteur : DURET Hubert - Contatc : webmaster@gwoc.info
Ce document est extrait du site www.gwoc.info.
 
- La brique -
La pierre carrée :

   L'histoire de la brique, l'un des plus vieux matériaux de construction du monde, débute à l'aube de celle de la civilisation. La brique crue (brique rudimentaire mêlée de paille et séchée au soleil) a été inventée entre 10 000 et 8000 av. J.-C., la brique moulée a été développée entre 5000 et 4500 av. J.-C., mais l'invention décisive a été celle de la brique cuite, vers 3500 av. J.-C. C'est cette dernière qui a permis la construction de structures permanentes dans des régions où cela n'avait pas été possible auparavant. La cuisson de la brique lui donne en effet la résistance de la pierre, mais avec les avantages supplémentaires qu'elle est plus facile à mettre en place. En effet, l'arrivée de la brique a accéléré les cadences. Du fait de son âge et de la durée de sa réalisation, la muraille de Chine a connu tous les types de briques, exceptées les briques creuses inventées au XIX ème siècle.

Muret en brique

   La construction en briques crues, aussi appelées adobes, est l'une des plus vieilles méthodes de construction et des plus économiques. La brique d'adobe est un mélange d'argile (30 % du poids tandis que la terre cuite contient environ 75 % d'argile), d'eau et de débris végétaux comme de la paille, des copeaux de bois, de la sciure, du chanvre ou encore des poils d'animaux. Des moules en bois sont remplis de cette pâte, qui est retirée après quelques jours, puis séchée au soleil pendant environ 15 jours. Elle est très peu exigeante en fait de technologie et les matières premières employées sont généralement disponibles sur place. Le principal problème de la brique crue est qu'elle se dégrade très vite, même l'enduit pisé étendu sur ce genre d'édifice ne le protège pas longtemps contre une pluie abondante. Les parties de la muraille en briques crues et en terre ont été érodées et dégradées.

   La cuisson des briques résout ce problème initial, mais le procédé n'est pas simple. Placer une brique dans un feu ordinaire ne donnera rien. Pour que la matière se vitrifie, il faut la chauffer à une température comprise entre 900 et 1150 °C pendant huit à quinze heures selon le type d'argile utilisé. Les briques sont refroidies lentement, pour éviter les fissures. Des briques insuffisamment cuites seront trop tendres et risqueront de s'effriter, et inversement, si la température est trop élevée, l'argile se déforme et donne une sorte de matière vitreuse. Pendant le processus de séchage, la brique se rétracte. Le matériau doit aussi contenir du sable ou d'autres matières. Le pourcentage d'argile pure en déterminera les propriétés mécaniques. Les murs constituant la muraille de Chine sont des murs demi-brique montés en panneresse (côté de la brique le plus long visible, contraire du montage en boutisse). Et les angles sont en besaces (les éléments en panneresse dans un pan sont en boutisse dans l'autre). La dilatation thermique des briques est de 0,005 mm/m.°C, soit la moitié de celle du béton. Ainsi, si la température d'un mur en brique de un mètre s'accroît de 50 °C, il se dilatera de 50 x 0,005 = 0,25 mm. Le gonflement à l'humidité (déformation générée par la rétention d'eau) est inférieur à 0,1 mm/m. Le retrait au durcissement est inexistant. Les tronçons Ming construits en briques sont donc très stables. Le sol des remparts était pavé de trois à quatre couches de briques, la couche supérieure, en briques carrées et les deux ou trois autres, en briques longues.

Four dans un ancien fortin

   Une découverte archéologique récente à Qinhuangdao a mis à jours 51 fours à briques qui ont servi à la confection des briques grises de la grande muraille. Les fours de 3,5 mètres de diamètre sont de trois types différents. Le premier genre prend la forme d'un dragon avec une canalisation de tuyaux qui relie quatre, six ou parfois huit chambres à four alignées en file. Le deuxième est en forme de « U » et le troisième en forme de « corne ». Les murs des fours sont construits avec les mêmes briques grises qui font 10,5 kg chacune. Les fours étaient construits en amont par rapport à la muraille elle-même.

 Version imprimable  
Merci de l'intérêt que vous portez à l'égard de ce site et n'hésitez pas à laisser un message sur le livre d'or.
Auteur : DURET Hubert - Contatc : webmaster@gwoc.info
Ce document est extrait du site www.gwoc.info.