Merci de l'intérêt que vous portez à l'égard de ce site et n'hésitez pas à laisser un message sur le livre d'or.
Auteur : DURET Hubert - Contatc : webmaster@gwoc.info
Ce document est extrait du site www.gwoc.info.
 
- Les menaces -
Une merveille ? Un mur selon d'autres :

   Après deux millénaires, il ne reste plus à présent que 30% des murailles qui parcouraient la Chine. Dans la région de Yulin, par exemple, les sables du plateau de l'Ordos recouvrent petit à petit le tronçon Ming. Ce dernier remplaçait l'ancien tracé du premier empereur qui recouvrait celui du royaume Qin. Mais aujourd'hui, pour conserver cette partie de la muraille, le gouvernement a lancé un plan de reboisement. De plus, une tour d'alarme en très bon état a été dessablée. La muraille a aussi subi un nombre important de séismes, qui l'ont parfois décalée de plusieurs mètres.

La muraille enfouie sous le sable

   La muraille souffre aussi du pillage constant des habitants, même si celui-ci est formellement interdit. Mais le gouvernement a une politique à deux vitesses puisqu'il se permet de détruire des tronçons entiers pour ses nouvelles autoroutes comme dans les provinces de Ningxia, Shanxi, et Gansu. La Mongolie fait de même avec les restes de muraille sur les terres du Royaume Zhao. Les plus belles pierres de granite sont vendues sur des marchés et la fourrure de la muraille est utilisée comme fertilisant. Dans un tout autre registre, une free partie, rassemblant un demi-millier de personnes, a eu lieu à Jinshanling, causant quelques vandalismes notables. De tout temps, la muraille a été victime des graffitis.

 Version imprimable  
Merci de l'intérêt que vous portez à l'égard de ce site et n'hésitez pas à laisser un message sur le livre d'or.
Auteur : DURET Hubert - Contatc : webmaster@gwoc.info
Ce document est extrait du site www.gwoc.info.